Centre FORGE Afrique

Centre FORGE Afrique

ANALYSE ECONOMIQUE DES EFFETS DU COVID-19 AU BURKINA FASO

A l’instar des autres pays, le Burkina Faso est affecté par la propagation de la maladie à coronavirus (Covid-19). A la date du 22 Avril 2020, 2 628 527 individus étaient affectés par la maladie du Coronavirus (Covid-19) dans le monde dont 609 cas confirmés au Burkina Faso, faisant de ce pays l’un des plus affectés en Afrique sub-saharienne. Cela a incité les autorités à adopter rapidement des mesures protectrices. Cette recherche analyse l’impact de la propagation du Covid-19 sur l’économie du Burkina Faso. Pour ce faire, un modèle d’équilibre général calculable et des données réelles représentant la structure de l’économie burkinabè sont utilisés. Deux scénarios sont considérés.


Déclaration liminaire de la conférence de presse – COVID-19Télécharger

Policy Brief: Analyse économique des effets du Covid-19 au Burkina Faso Télécharger


Dans le premier scenario, il est supposé que la pandémie du Covid-19 s’estompe au bout de trois (3) mois alors que dans le second scenario, la pandémie dure environ six (6) mois. Les résultats indiquent des impacts importants tant sur le plan macroéconomique et sectoriel que sur le bien-être des agents. Tout d’abord, la croissance économique pourrait passer de 5,7 % en 2019 à une fourchette comprise entre +1,38 % et -1,75 % en 2020. Une telle évolution représente une perte de la richesse nationale allant de 345 milliards à 645 milliards de francs CFA. Ensuite une hausse du chômage est attendue. Elle sera comprise entre +1,93 % et +5,92% en raison de la baisse des productions sectorielles qui va de -3 % à -12 %.

 

Par ailleurs, il est attendu une contraction des exportations sectorielles pouvant aller de -6 % pour les produits d’extraction minière (l’or), à -16 % pour les produits de l’agriculture de rente (le coton). Cela fera perdre au Burkina Faso des ressources importantes contribuant ainsi à creuser davantage le déficit public qui se situerait entre -4,53 % et -6,12 %. Enfin, la flambée des prix agricoles et la hausse du chômage contribueront à réduire de manière drastique le pouvoir d’achat des ménages et ce, pour toutes les catégories socio-professionnelles.

 

En menant cette recherche les auteurs cherchent, non pas à alarmer, mais à attirer l’attention sur le fait que le phénomène qui nous affecte actuellement est assez grave de conséquences. Après les conséquences sanitaires, un désastre socio-économique pourrait s’en suivre si les autorités n’adoptent pas à temps les mesures adéquates pour redresser l’économie nationale.

 

Les mesures déjà prises ainsi que les affectations budgétaires laissent penser qu’il s’agit d’une gestion des effets de court terme. Or les effets de long terme seront de loin les plus importants. En guise de premières réflexions, nous pensons qu’il conviendra de réfléchir sur une stratégie globale, structurante et endogène de relance économique qui se fondera sur les capacités internes du pays et sur les besoins effectifs et réels des agents. Pour cela, il conviendrait d’entreprendre des actions de relance tant du côté de la demande que du côté de l’offre. Ainsi, il faudrait que les autorités Burkinabé fournissent un soutien temporaire et ciblé aux ménages notamment les plus vulnérables. Ensuite, un appui financier pourrait être accordé aux entreprises et aux secteurs (pourvoyeurs d’emploi) réellement en difficultés. Mais au-delà de ces actions ponctuelles qui du reste, sont déjà en application pour certaines d’entre elles, il importe de mettre l’accent sur la restructuration de l’appareil productif du pays pour en faire un système de production dédié essentiellement à la satisfaction de la demande domestique et qui s’alimente principalement de matières premières locales. Notons enfin que ces mesures devraient être implémentées dans un environnement social apaisé.


Auteurs

Pr Idrissa Mohamed OUEDRAOGO

Directeur de l'Ecole Doctorale/Université Aube Nouvelle, Ouagadougou, Burkina Faso ;

Centre de Formation, d'Orientation et de Recherche pour la Gouvernance Economique en Afrique (FORGE-Afrique)

idriss_mo@yahoo.fr

 

Dr Somlanare Romuald KINDA

Enseignant chercheur, Université Ouaga2, Ouagadougou, Burkina Faso ;

Centre de Formation, d'Orientation et de Recherche pour la Gouvernance Economique en Afrique (FORGE-Afrique)

kindaromuald@gmail.com

 

Dr Patrice Rélouendé ZIDOUEMBA

Enseignant chercheur/Université Nazi Boni, Bobo-Dioulasso, Burkina Faso ;

Centre de Formation, d'Orientation et de Recherche pour la Gouvernance Economique en Afrique (FORGE-Afrique)

patrice.zidouemba@gmail.com


FORGE-Afrique

FORGE-Afrique est un centre de recherche et de réflexion dédié à la recherche et aux traitements analytiques et théoriques des problèmes et faits économiques nationaux et internationaux. Il se donne pour objectif d’éclairer les prises de décisions dans la formulation et la mise en œuvre des politiques de développement économique et social. En rendant l’information économique pertinente, claire et accessible à tous à travers une analyse objective et citoyenne des évènements économiques, FORGE-Afrique vise à susciter des débats contradictoires sur des thématiques d’intérêt avéré et d’actualité. Le centre se veut donc au service des décideurs politiques, des collectivités locales, des organisations de la société civile, des entreprises et des citoyens.

 

FORGE-Afrique, Siège social : Rue 14.12 (1200 logements) ;  01 BP 1412 Ouagadougou Burkina Faso, Tel: +226) 25 36 35 20/76893978 ; Site web: www.forgeafrique.com ; Email: forgeafrique@gmail.com / contact@forgeafrique.com

 

 



24/04/2020
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 112 autres membres